COMMUNIQUÉS

Communiqué

La Coalition Aviation Climat presse l’OACI de répondre à l’urgence climatique: Réduisez radicalement le trafic aérien !

MONTRÉAL, 24 septembre 2019 - Une large coalition pan-canadienne s’est formée en prévision de la 40e assemblée de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), qui commence aujourd’hui à Montréal. La Coalition Aviation Climat demande à cette agence des Nations Unies de faire ce qu’il faut pour réduire le grave impact de l’aviation sur le climat. En tant que pays hôte, le Canada doit prendre le leadership et profiter de l’assemblée pour proposer un plan visant une réduction drastique et immédiate du nombre de vols. C’est la seule véritable façon de forcer le secteur de l’aviation à faire sa juste part pour prévenir une catastrophe climatique.

Les effets de l’aviation sur le climat sont majeurs. Les vols internationaux émettent autant de gaz à effet de serre (GES) que l’ensemble des 129 pays les moins émetteurs, selon un document déposé à la dernière assemblée générale de l’OACI.  L’aviation est responsable de 4,9% du réchauffement global. Un récent rapport indique que les émissions de l’aviation civile internationale pourraient tripler d’ici à 2050. Boeing prévoit que la flotte mondiale passera de 25 830 appareils à 50 660 en 2038. Grâce à son lobby, l’industrie a réussi à se soustraire aux obligations de l’Accord de Paris. Pendant que le monde entier fera des efforts pour réduire ses émissions, l’aviation les augmentera.

 

Gazoduq/GNL Non merci ! David répond à Goliath par la fronde d’une petite vidéo

Saguenay, le 19 septembre 2019 - Des citoyen.ne.s de l’Abitibi, de la Mauricie, du Saguenay et de partout au Québec unissent leurs voix et lancent une vidéo pour informer la population sur les méfaits du projet de Gazoduc/GNL Québec.  Une réponse à l’opération de charme des promoteurs qui annonçaient récemment des millions aux municipalités et aux communautés dans ce combat de David contre Goliath.

Par cette vidéo, citoyen.ne.s, autochtones, scientifiques, médecins, étudiant.e.s et artistes dénoncent un projet qui vise à exporter onze millions de tonnes de gaz fossile par année provenant de l’Ouest en grande partie issu de la fracturation hydraulique en traversant le Québec de l'Abitibi jusqu'au Saguenay. Tout le long de son tracé, ce projet risque d’affecter minimalement quarante trois communautés locales québécoises ainsi que trois nations autochtones au profit d’intérêts privés américains. Ce projet équivaudrait à l’empreinte carbone de dix millions de voitures chaque année et ce, en plein cœur d’une crise climatique qui exige de réduire l’usage des énergies fossiles. 

Communiqué

Des ENTREPRISES MONTRÉALAISES DETERMINÉES À RÉDUIRE LEUR EMPREINTE CARBONE

Montréal, le 28 août 2019 | Concertation Montréal et Le Pacte pour la transition ont joint leur force pour sonder les entreprises et les commerces de l’île de Montréal, afin d’identifier la volonté du milieu entrepreneurial à prendre part à la transition écologique : plus de 140 entreprises ont répondu présentes.

Envoyé entre le 18 juin et le 8 juillet 2019 aux signataires du Pacte pour la transition dans la grande région de Montréal, le sondage avait pour objectif de recueillir des données sur les gestes concrets posés par les entreprises et les besoins d'accompagnement en termes de transition écologique. Plus d’une centaine de gestionnaires d’entreprises y ont répondu, et les résultats sont parlants : les entreprises veulent s’investir davantage dans une transition écologique; elles souhaitent être accompagnées pour mener à bien les changements; elles font une priorité de la diminution de leur empreinte carbone et de la réduction de leurs déchets.

Communiqué

Forages pétroliers et gaziers : le gouvernement Legault ne doit pas céder aux pressions des lobbyistes

Montréal, le 18 avril 2019 – Le Pacte pour la Transition, Greenpeace Canada, le Mouvement écocitoyen UNEplanète, Nature Québec, Environnement Vert Plus et plusieurs autres groupes ont uni leurs voix aujourd’hui pour demander au Premier Ministre François Legault de ne pas céder aux pressions des compagnies qui tentent de faire lever l'interdiction de la fracturation du schiste, la formation rocheuse riche en gaz très répandue dans les basses-terres du Saint-Laurent, ainsi que l’interdiction des forages dans trois baies emblématiques de la Gaspésie.

Ces restrictions font partie des règlements d'application de la Loi sur les hydrocarbures qui ont pris effet le 20 septembre 2018. En novembre dernier, Questerre Energy s’était tournée vers les tribunaux pour en obtenir l’abolition mais on a appris hier que la gazière albertaine a récemment demandé et obtenu la suspension des procédures.

Communiqué

Les consommateurs de gaz naturel dépendront encore à 95 % du gaz fossile en 2025… malgré les belles pubs d’Énergir

Québec, le 26 mars 2019 - Le gouvernement Legault a annoncé ce matin que le Québec demeurerait dépendant à 95 % du gaz fossile (provenant majoritairement de la fracturation) à l’horizon 2025.  En effet, le nouveau règlement fixe à 1 % en 2020 et à 5 % en 2025 le seuil minimal de gaz naturel renouvelable (GNR) dans les réseaux de distribution . Pour les groupes environnementaux tels que l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, Greenpeace Canada et Nature Québec, ainsi que les initiatives citoyennes la Fondation Coule pas chez nous, le Mouvement écocitoyen UNEplanète et le Pacte pour la transition, « c’est donc dire qu’à l’heure de l’urgence climatique, le Québec se contente de mesurettes qui n'ont aucune commune mesure avec ses propres cibles de réduction de GES et le marketing vert de la compagnie Énergir, anciennement Gaz Métro. »

Communiqué

359 scientifiques appuient les manifestations étudiantes pour le climat

Montréal, le 11 mars 2019 -  Plus de 350 scientifiques appuient haut et fort les élèves et étudiants-es qui manifesteront pour le climat le 15 mars prochain. Il s'agit d'un geste sans précédent en Amérique du Nord, étant donné le devoir de réserve que plusieurs s’imposent à l’égard de telles démonstrations.

Dans une lettre publiée aujourd'hui, à l'initiative de Laure Waridel et de Dominic Champagne du Pacte pour la Transition, professeurs et chercheurs affirment sans détour qu'il est de leur responsabilité de soutenir les jeunes qui dénoncent le manque de leadership politique et économique de nos gouvernements.

Communiqué

LOI CLIMAT, OÙ EST L’URGENCE D’AGIR ? «ÉVENTUELLEMENT, PEUT-ÊTRE», RÉPOND LE MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT

QUÉBEC, 7 février 2019– Dans un geste sans précédent, les partis d’opposition se sont ralliés aujourd’hui à l’idée d’adopter rapidement une loi visant le respect des engagements climatiques du Québec. Le gouvernement de M. Legault doit maintenant être conséquent et agir avec célérité dans ce dossier qui fait consensus tant dans la population que chez les élu.es de l’opposition, estime l’équipe du Pacte pour la transition.
«Les signataires du Pacte peuvent se féliciter, la pression populaire qu’ils et elles exercent porte fruit, les trois partis d’opposition appuient l’idée d’un projet de loi qui obligerait le gouvernement à respecter ses cibles de réduction des gaz à effet de serre. Ce n’est pas la victoire, le premier ministre François Legault refusant pour l’instant de s’engager. Mais une première manche est remportée, et ça confirme qu’il faut accentuer la pression populaire d’un cran» a déclaré Dominic Champagne, l’initiateur du Pacte, lors d’une conférence de presse tenue à l’Assemblée nationale.

DESSINE-MOI UN DIMANCHE, ICI PREMIÈRE, 27 JANVIER 2019 

Communiqué

Montréal, le 18 décembre - Aujourd’hui, le Pacte pour la Transition offre un cadeau de Noël à M. François Legault: un projet de loi pour assurer le respect des engagements climatiques du Québec.

En signant le Pacte, plus de 250 000 Québécoises et Québécois ont demandé aux gouvernements d’«adopter les lois et les actions forçant le respect de nos engagements climatiques». C’est la première exigence politique posée par le Pacte: «que toutes les décisions gouvernementales passent le crible de leurs impacts climatiques».

Mario Denis, avocat-légiste retraité, ayant participé à la rédaction de plusieurs lois et règlements sur l’environnement au gouvernement québécois, et Me Michel Bélanger, avocat spécialisé en droit de l’environnement ont présenté à l’équipe du Pacte ce projet de loi intitulé «Loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec». Il a été révisé par des juristes chevronnés, notamment les professeurs de droit Sébastien Jodoin (Université McGill), Paule Halley (Université Laval), Jean Leclair et Hugo Tremblay (Université de Montréal). Il a aussi reçu l’appui des scientifiques associés au Pacte.

Plus de 20 juridictions ont déjà adopté des lois similaires ayant pour but d’assurer l’atteinte des cibles de réductions des émissions de gaz à effet de serre, notamment la Colombie Britannique (2007), le Royaume-Uni (2008), l’Écosse (2009), le Danemark (2014), la Catalogne (2017), la Norvège (2017) et la Suède (2018).

Lettre ouverte

La Conférence annuelle sur les changements climatiques tenue cette année en Pologne s’est déroulée sous tension : GIEC, gilets jaunes, Brexit, élection de Bolsonaro au Brésil, Trump. Quoi faire maintenant ? 

​Cet automne, nous nous sommes associés au Pacte pour la transition lancé par Dominic Champagne. Nous avons consulté d’autres chercheurs et experts provenant du milieu universitaire afin d’établir une feuille de route susceptible d’inspirer les orientations du gouvernement québécois pour effectuer une transition cohérente, juste et efficace. 

Cet énoncé scientifique, qui nous rallie tous, s’appuie sur le même constat que le premier ministre : l’atout que constitue notre énergie renouvelable. En exploitant les avantages du Québec, dus à son électricité à faible émissions de GES, la transition énergétique doit servir à stimuler un virage vers une activité économique plus sobre en carbone, à améliorer la santé publique et être porteuse de justice sociale.

Document Politique: Énoncé Scientifique.pdf
Télécharger le fichier

Communiqué

Montréal, le 7 décembre 2018 – Un mois après son lancement, déjà plus d’un quart de million de personnes ont signé le Pacte pour la Transition afin d’exiger des pouvoirs publics qu’ils mettent la science au cœur de leurs décisions et agissent immédiatement de façon responsable face aux changements climatiques et à la crise écologique. Une mobilisation sans précédent et en tout point exceptionnelle, tant par son ampleur que par la rapidité avec laquelle les gens continuent de rejoindre le mouvement. Du jamais vu au Québec et au Canada!
​ 
Lancé le 7 novembre dernier en réponse à l’appel du Secrétaire général des Nations unies pour une mobilisation massive de la société civile face à l’urgence climatique, le Pacte a permis de mettre en lumière que le vent pour la transition énergétique et écologique souffle fort au Québec. «Depuis le lancement, nous avons reçu des dizaines de milliers de messages et de témoignages de gens qui passent à l’action, souhaitent en faire plus, et s’impatientent de voir les pouvoirs publics emboîter le pas plus rapidement.» de souligner Dominic Champagne, initiateur du Pacte.

Communiqué

Montréal, le 7 novembre 2018 - Plus de 500 artistes, scientifiques et leaders de différents secteurs appellent tous les Québécoises et Québécois à signer le Pacte pour la transition afin de « passer de la parole aux actes ».

Suite aux cris d’alarme des scientifiques sur le réchauffement climatique et à l’appel du Secrétaire général des Nations unies à la société civile soulignant qu’il reste « deux ans pour agir », ils répondent présents et invitent la population à en faire autant.

« Nous manifestons notre ferme volonté de poser les gestes qui s’imposent pour protéger le monde dans lequel nous vivons et nous diriger vers un avenir sobre en carbone. Le Québec de demain passe par une transition écologique de notre économie, notamment par une transition énergétique. Avec les ressources physiques et humaines dont il dispose, avec son sens inné de la coopération et son génie d’innovation, le Québec peut et doit devenir un leader et une inspiration pour le monde entier ». - Dominic Champagne.

Les journalistes et médias peuvent contacter:
​Rosemonde Communications
Rosemonde Gingras
rosemonde@rosemondecommunications.com
514.458.8355​
Pour toute autre question : info@lepacte.ca

Pour des visuels du PACTE, Cliquez sur l'image: