Déc 18 18

CADEAU DE NOËL DU PACTE À FRANÇOIS LEGAULT ​UN PROJET DE LOI SUR LE CLIMAT

admin

Montréal, le 18 décembre - Aujourd’hui, le Pacte pour la Transition offre un cadeau de Noël à M. François Legault: un projet de loi pour assurer le respect des engagements climatiques du Québec.

En signant le Pacte, plus de 250 000 Québécoises et Québécois ont demandé aux gouvernements d’«adopter les lois et les actions forçant le respect de nos engagements climatiques». C’est la première exigence politique posée par le Pacte: «que toutes les décisions gouvernementales passent le crible de leurs impacts climatiques».

Mario Denis, avocat-légiste retraité, ayant participé à la rédaction de plusieurs lois et règlements sur l’environnement au gouvernement québécois, et Me Michel Bélanger, avocat spécialisé en droit de l’environnement ont présenté à l’équipe du Pacte ce projet de loi intitulé «Loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec». Il a été révisé par des juristes chevronnés, notamment les professeurs de droit Sébastien Jodoin (Université McGill), Paule Halley (Université Laval), Jean Leclair et Hugo Tremblay (Université de Montréal). Il a aussi reçu l’appui des scientifiques associés au Pacte.

Plus de 20 juridictions ont déjà adopté des lois similaires ayant pour but d’assurer l’atteinte des cibles de réductions des émissions de gaz à effet de serre, notamment la Colombie Britannique (2007), le Royaume-Uni (2008), l’Écosse (2009), le Danemark (2014), la Catalogne (2017), la Norvège (2017) et la Suède (2018).

Contexte
Deux mois après son élection, le premier ministre François Legault a déploré que l’État québécois «n’a pas de plan» pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Québec ne sait pas où il en est par rapport à sa cible de réduction de 20% de GES pour 2020 (par rapport à 1990). Malgré cela, il s’engage à respecter les objectifs de 2030, soit une réduction de 37,5%. La lutte contre le réchauffement du climat est une question vitale. Dans son discours inaugural, M. Legault a parlé avec émotion de l’avenir des enfants québécois. Rien n’est aussi prioritaire, et cela comprend la sauvegarde de leur planète. Après avoir entendu notre premier ministre reconnaître «l’urgence d’agir» et au lendemain de la COP24 à Katowice, nous espérons maintenant que le gouvernement formalise ce que la raison scientifique exige.

«Le projet que nous proposons aujourd’hui nous a été acheminé par MM. Denis et Bélanger dans l’esprit d’assurer, au-delà des lignes de partis, les intérêts supérieurs du Québec et le respect de nos engagements internationaux. Le Pacte est un mouvement non partisan. Ce projet de loi ne vise ni à dénoncer les gestes passés du gouvernement précédent, ni à enserrer le gouvernement actuel dans une camisole de force, mais bien à amener l’Assemblée nationale à faire front uni dans la lutte difficile mais nécessaire qui s’engage.», a précisé Dominic Champagne. «Le projet de loi est offert au gouvernement Legault, majoritairement élu, et à ce titre, le seul habilité à le faire adopter. Nous comptons sur lui pour qu’il s’engage à le déposer dès la prochaine session parlementaire. Notre geste est non-partisan, nous espérons que tous les partis s’engageront, dans un même esprit de collaboration et d’unité face au défi climatique, à y donner suite et à l’adopter rapidement.», a-t-il conclu.

À propos du projet de loi 
En résumé, l’article 4 du projet de loi présenté stipule que «Tout projet de loi, de règlement, de décret ou d’arrêté ministériel, de même que tout projet d’acte administratif, tel un projet d’orientation, de politique, de plan ou de stratégie, qui est soumis au Conseil exécutif, au Conseil du trésor, à un comité ministériel ou à un ministre, ne peut faire l’objet d’une recommandation ou d’une décision que s’il est compatible avec l’atteinte des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre […]».

L’article 9 prévoit que «Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques doit annuellement publier l’inventaire des émissions de gaz à effet de serre du Québec […].»

L’article 10 vise la création d’un bureau permanent de surveillance climatique au sein du personnel du Vérificateur général, avec la mission d’enquêter sur le respect des cibles et de faire des recommandations.

Enfin, l’article 12 prévoit que le Premier ministre soit le responsable de cette loi.

Initiative citoyenne
Au Québec comme au Canada, l’idée d’une loi sur le climat fait son chemin depuis un moment déjà et de nombreux groupes et organisations en ont fait la demande et la promotion ces derniers temps. Entre autres, l’idée d’une loi «anti-déficit climatique» a été portée par un parti d’opposition, en l’occurrence le Parti québécois.

Il n’est pas fréquent qu’un mouvement de citoyens propose un projet de loi au gouvernement. Nous demandons à M. Legault de le considérer attentivement, de l’étudier et de le modifier au besoin, de le soumettre aux débats parlementaires et de l’adopter dès la prochaine session afin que le Québec s’engage résolument dans la lutte contre le réchauffement climatique.

À l’initiative de «La Planète s’invite au Parlement», des dizaines de milliers de citoyens ont pris la rue, dont des ministres de l’actuel gouvernement, pour manifester leurs inquiétudes et leur volonté d’agir. Un quart de million de Québécois et Québécoises ont signé le Pacte pour la transition. Cent quarante municipalités ont signé la Déclaration d’Urgence Climatique. Groupes environnementaux, scientifiques, gens d’affaires, de la santé, ainsi que plusieurs ordres professionnels de partout au Québec demandent que nous passions de la parole aux actes. C’est ce que l’équipe du Pacte propose au gouvernement de faire avec ce projet de loi.

«J’invite toutes les citoyennes et tous les citoyens qui sont en faveur de cette initiative et qui n’ont pas encore signé le Pacte pour la Transition à le faire sans tarder sur lepacte.ca», de conclure Dominic Champagne.

-30-

Projet de loi_Climat.pdf

Télécharger le fichier

Les journalistes et médias peuvent contacter:
​Rosemonde Communications
Rosemonde Gingras
rosemonde@rosemondecommunications.com
514.458.8355​
Pour toute autre question : info@lepacte.ca

Pour des visuels du PACTE, Cliquez sur l'image:

Déc 14 18

​LE QUÉBEC EN MODE SOLUTION PROPOSITIONS DES SCIENTIFIQUES DU PACTE ​POUR LA TRANSITION

admin

La Conférence annuelle sur les changements climatiques tenue cette année en Pologne s’est déroulée sous tension : GIEC, gilets jaunes, Brexit, élection de Bolsonaro au Brésil, Trump. Quoi faire maintenant ?

​Cet automne, nous nous sommes associés au Pacte pour la transition lancé par Dominic Champagne. Nous avons consulté d’autres chercheurs et experts provenant du milieu universitaire afin d’établir une feuille de route susceptible d’inspirer les orientations du gouvernement québécois pour effectuer une transition cohérente, juste et efficace.

Cet énoncé scientifique, qui nous rallie tous, s’appuie sur le même constat que le premier ministre : l’atout que constitue notre énergie renouvelable. En exploitant les avantages du Québec, dus à son électricité à faible émissions de GES, la transition énergétique doit servir à stimuler un virage vers une activité économique plus sobre en carbone, à améliorer la santé publique et être porteuse de justice sociale.

Établir une gouvernance efficace
Pour assurer le respect des cibles d’émission des gaz à effet de serre (GES), nous recommandons que le cabinet du premier ministre devienne le grand maître d’œuvre des actions concertées de l’ensemble des politiques notamment par l’instauration d’un budget carbone qui permettra la cohérence de nos actions.

Les politiques climatiques doivent évidemment être l’occasion d’une transition juste en veillant à ne pas creuser les écarts sociaux et en tenant compte des conditions différentes des citoyens et citoyennes de partout au Québec. Il n’est ni nécessaire ni souhaitable de demander les mêmes efforts aux citadins et aux ruraux, aux personnes aisées et défavorisées, ni de polariser la population dans des débats stériles quand les solutions porteuses existent.

Lancer un grand chantier de la mobilité
Pour répondre aux défis et aux besoins de déplacement des personnes et des marchandises, il serait avisé d’allier savoir-faire et sens de l’innovation et de concevoir tout projet en prenant soin d’améliorer les conditions de transport tout en réduisant les impacts négatifs des transports (émission de GES et de polluants nocifs pour la santé et l’agriculture, étalement urbain, accidents de la route).

Accélérer l’industrialisation verte
La transition s’appuie sur l’électrification et la décarbonisation des procédés industriels. Elle favorise également «l’économie circulaire», fondée sur la production de biens à partir de stratégies régionales et qui évite notamment le gaspillage des matières premières et une utilisation ingénieuse et judicieuse des ressources, moteur de création d’emplois. La transition mise sur la force des entreprises québécoises, et favorise autant l’industrie lourde que l’économie sociale.

Un demi siècle après la nationalisation de l’électricité, nous en appelons à une nouvelle Révolution tranquille au Québec. Les changements de comportement – par exemple l’abandon graduel des véhicules gros consommateurs de carburants – mèneront à d’indubitables bénéfices : une économie moderne et saine, un air plus pur et des enfants plus en santé. Transition énergétique n’est pas synonyme de déchirements et de désolations : bien menée, elle accroîtra le bien-être collectif. Il faut s’y engager. Et au plus vite.

Signé, le comité scientifique du Pacte pour la transition :

Catherine Potvin - Professeure titulaire, Département de Biologie, Université McGill. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les changements climatiques et forêts tropicales. Membre de l'Académie des Sciences du Canada.
Normand Mousseau - Professeur titulaire, Département de physique, Université de Montréal. Directeur académique de l'Institut de l'énergie Trottier, Polytechnique Montréal
Laure Waridel, PhD - Professeure associéeInstitut des sciences de l’environnement (ISE), Chaire de recherche sur la transition écologique, Université du Québec à Montréal (UQAM), Chercheure au CINBIOSE et membre du CIRODD.
François Delorme - Chargé de cours à forfait, Département de sciences économiques. École de gestion, Université de Sherbrooke. Professionnel de recherche à la Chaire d’études en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, Collaborateur au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, Membre du Laboratoire des inégalités mondiales, Économiste indépendant.
Pre Catherine Morency, ing. Ph.D. - Professeure titulaire, Titulaire de la Chaire Mobilité, Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la Mobilité des personnes, Département des génies civil, géologique et des mines, CIRRELT / CIRODD, Polytechnique Montréal.
Damon Matthews - Professeur et Chaire de recherche de l'Université Concordia en Climatologie et Durabilité, Géographie, Planification et Environnement, Université Concordia.

-30-

Les journalistes et médias peuvent contacter:
​Rosemonde Communications
Rosemonde Gingras
rosemonde@rosemondecommunications.com
514.458.8355​
Pour toute autre question : info@lepacte.ca

Pour des visuels du PACTE, Cliquez sur l'image:

Déc 7 18

PACTE POUR LA TRANSITION:

admin
PACTE POUR LA TRANSITION :
Plus d’un quart de million de signataires en moins d’un mois
Montréal, le 7 décembre 2018 – Un mois après son lancement, déjà plus d’un quart de million de personnes ont signé le Pacte pour la Transition afin d’exiger des pouvoirs publics qu’ils mettent la science au cœur de leurs décisions et agissent immédiatement de façon responsable face aux changements climatiques et à la crise écologique. Une mobilisation sans précédent et en tout point exceptionnelle, tant par son ampleur que par la rapidité avec laquelle les gens continuent de rejoindre le mouvement. Du jamais vu au Québec et au Canada!
Lancé le 7 novembre dernier en réponse à l’appel du Secrétaire général des Nations unies pour une mobilisation massive de la société civile face à l’urgence climatique, le Pacte a permis de mettre en lumière que le vent pour la transition énergétique et écologique souffle fort au Québec. «Depuis le lancement, nous avons reçu des dizaines de milliers de messages et de témoignages de gens qui passent à l’action, souhaitent en faire plus, et s’impatientent de voir les pouvoirs publics emboîter le pas plus rapidement.» de souligner Dominic Champagne, initiateur du Pacte.En dépit de certaines critiques adressées au Pacte et aux artistes qui sont sortis en masse pour appuyer les scientifiques, la très vaste majorité des gens remercient vivement les instigateurs d’avoir initié le Pacte. «Ce sentiment de ne pas être seule à m’inquiéter et à agir, que nous sommes ensemble, et que par la force du nombre, nous pourrons imposer au gouvernement d’agir avec courage et vision, voilà qui est rafraîchissant face au marasme dans lequel on se sentait jusqu’ici», exprime Anne Dufresne, une signataire, dans un message adressé à l’équipe du Pacte.

En plus des citoyen(ne)s signataires de tous âges, origines et régions de la province, une multitude de villes et de villages, d’entreprises, de musées, d’écoles, de cégeps et des milliers d’autres organisations ont donné leur appui à l’initiative et se mobilisent autour du Pacte. «On sent le Québec clairement en mouvement. Il se passe quelque chose, notre appel résonne par-delà nos frontières, nous avons reçu de nombreuses demandes pour un Pacte Canada, un Pacte Europe, et un Pacte le monde. Pour l’heure, nous prenons le temps d’organiser la suite, de mobiliser nos alliés, de préparer l’année 2019 qui s’annonce bien chargée. Rappelons-nous qu’il y a un mois, le Pacte n’existait pas et que la suite, il nous reste à l’écrire ensemble», précise Sophie-Anne Legendre, coordonnatrice au Pacte.

Encore cette semaine, pendant la COP24, le secrétaire général des Nations Unies déclarait: «Le changement climatique avance plus vite que nous, et nous devons rattraper notre retard le plus vite possible avant qu'il ne soit trop tard. Pour beaucoup de gens, de régions et même de pays, c'est déjà une question de vie ou de mort.»

«Nous avons le devoir de répondre à cet appel dans l’ensemble de nos politiques publiques. Nous invitons le gouvernement Legault à passer rapidement de la paroles aux actes en appuyant chaque décision sur des expertises rigoureuses qui assureront que tous les choix d’investissements iront dans le sens d’une réduction de nos émissions de GES», de conclure Dominic Champagne.

À propos du Pacte pour la transition : Les signataires du PACTE s’engagent à poser des gestes concrets pour réduire leur empreinte écologique et carbone. En contrepartie, sachant que la somme de leurs gestes ne fera pas le poids face à l’ampleur de la crise, ils exigent des gouvernements qu’ils agissent immédiatement de façon responsable, en mettant la science au cœur de leurs décisions. Entre autres demandes, les signataires exigent que toutes les décisions politiques des gouvernements passent le crible de leurs impacts sur le climat dans le respect de nos engagements.
Des marches pour le climat auront lieu partout dans le monde ce samedi le 8 décembre. Au Québec, d’Alma à Val David en passant par Montréal, de nombreux signataires du Pacte marcheront pour que La planète s'invite au parlement.

-30-
Les journalistes et médias peuvent contacter:
​Rosemonde Communications
Rosemonde Gingras
rosemonde@rosemondecommunications.com
514.458.8355​
Pour toute autre question : info@lepacte.ca

Pour des visuels du PACTE, Cliquez sur l'image:

Nov 7 18

Lancement du PACTE POUR LA TRANSITION

admin
Montréal, le 7 novembre 2018 - Plus de 500 artistes, scientifiques et leaders de différents secteurs appellent tous les Québécoises et Québécois à signer le Pacte pour la transition afin de « passer de la parole aux actes ».

Suite aux cris d’alarme des scientifiques sur le réchauffement climatique et à l’appel du Secrétaire général des Nations unies à la société civile soulignant qu’il reste « deux ans pour agir », ils répondent présents et invitent la population à en faire autant.

« Nous manifestons notre ferme volonté de poser les gestes qui s’imposent pour protéger le monde dans lequel nous vivons et nous diriger vers un avenir sobre en carbone. Le Québec de demain passe par une transition écologique de notre économie, notamment par une transition énergétique. Avec les ressources physiques et humaines dont il dispose, avec son sens inné de la coopération et son génie d’innovation, le Québec peut et doit devenir un leader et une inspiration pour le monde entier ». - Dominic Champagne.

Catherine Potvin, experte en changements climatiques, Normand Mousseau, expert en énergie et François Delorme, économiste, ont collaboré avec Dominic Champagne, Laure Waridel, Anaïs Barbeau-Lavalette, Patrick Bonin, Alexis Martin, Normand Baillargeon, Vincent Graton et Véronique Côté à la rédaction de ce Pacte. Ils invitent tous les Québécois à le signer sur « lepacte.ca », avec l’espoir de rassembler un million de signataires de partout au Québec.

En signant le Pacte, les signataires s’engagent solennellement à poser des gestes individuels pour réduire leur empreinte écologique. En contrepartie de leurs efforts, sachant que la somme des gestes individuels ne fera pas le poids face à l’ampleur de la crise, ils exigent des gouvernements qu’ils s’engagent eux aussi à agir de façon responsable.

Les signataires s’engagent à faire leur juste part au cours des deux prochaines années et demandent, entre autres, que toutes les décisions prises aux niveaux fédéral, provincial et municipal passent le crible de leurs impacts pour assurer le respect de nos engagements climatiques, dont l’Accord de Paris sur le climat.

Parmi les signataires : Dominic Champagne, Hubert Reeves, Guylaine Tremblay, Yvon Deschamps, Véronique Cloutier, Normand Baillargeon, Janette Bertrand, Guy Laliberté, Laure Waridel, Martin Matte, Alain Vadeboncoeur, Maripier Morin, Robert Lepage, Ghislain Picard, Richard Desjardins, Catherine Potvin (scientifique), Marc Labrèche, Alexis Martin, Marie-France Bazzo, Normand Mousseau (scientifique), Marina Orsini, Roy Dupuis, Anaïs Barbeau-Lavalette, Fred Pellerin, Alain Deneault, Gilles Vigneault, Céline Bonnier, Louis-José Houde, François Delorme (économiste), Pascale Bussières, Marie Laberge, Jean Lemire, Louis-Jean Cormier, Pénélope McQuade, Xavier Dolan, Catherine Morency (Polytechnique, Chaire de la Mobilité), Diane Dufresne, Guy A Lepage, Denis Villeneuve, Anne Dorval, Claude Béland, Marie Laberge, Vincent Graton, Élise Guilbeault, Jacques Nantel (HEC), Louis Morissette, Edith Cochrane, René Richard Cyr, Christian Bégin, Serge Bouchard, Adib Alkhalidey, Christine Beaulieu, Patrice Michaud, Denys Arcand, Brigitte Poupart, François Pérusse, Luc Langevin, Ludivine Reding, Émile Proulx-Cloutier, Véronique Côté, Daniel Bélanger, Paule Baillargeon, Patrick Bonin, Marc Séguin, Sophie Desmarais, Fabien Cloutier, Guy Jodoin, Hélène Bourgeois-Leclerc, François Reeves (médecin), Sophie Cadieux, Vincent Bilodeau, et plusieurs autres.

La liste des signataires est disponible sur le site lepacte.ca.

​De nombreux signataires du Pacte seront présents à la marche La planète s'invite au parlement, samedi le 10 novembre à Montréal.

-30-
Les journalistes et médias peuvent contacter:
​Rosemonde Communications
Rosemonde Gingras
rosemonde@rosemondecommunications.com
514.458.8355​
Pour toute autre question : info@lepacte.ca

Pour des visuels du PACTE, Cliquez sur l'image:

101 idées pour le climat!

Une vaste consultation publique sur des propositions concrètes afin de répondre réellement à l’urgence climatique.

www.101ideespourleclimat.ca